webleads-tracker

Contactez-nous
Contactez-nous

Mettre en avant son expertise ou le caractère innovant de son entreprise est un enjeu stratégique pour lever des fonds ou recruter. Vulgariser sans trahir, c’est possible avec les bonnes techniques de communication.

 

vulgariser

Présenter les résultats de ses recherches à la presse ou sa technologie de pointe à des investisseurs... La problématique reste la même : expliquer un sujet complexe à un public non-initié ! Or, trop souvent, les discours sont trop techniques et donc incompréhensibles pour le commun des mortels. Trop de messages sont transmis simultanément, ce qui ajoute à la complexité. Beaucoup d’ingénieurs ou de chercheurs pensent qu’il faut commencer une intervention en exposant la méthodologie ou les dessous de la technologie avant de préciser la finalité de leurs travaux. Certains rechignent même à clarifier leurs prises de parole, persuadés que vulgariser signifie édulcorer leur message et, au final, nuire à leur statut d’expert ou à la valeur même de leur innovation.

Vulgariser un sujet complexe pour s’assurer plus de visibilité

Or, convaincre des investisseurs de financer votre projet ou obtenir un article dans un grand média où sera exposée votre expertise nécessite de la pédagogie et de vulgariser son propos avec finesse. Si vous voulez intéresser tous ces publics non-experts mais incontournables pour vos recherches ou votre entreprise, n’hésitez pas à remettre en question vos méthodes de prises de parole avec trois règles d’or: d’abord, faites des choix sans viser l’exhaustivité. Ensuite, parlez le plus possible avec les mots de monsieur et madame tout le monde. Enfin, illustrez votre propos d’exemples concrets. Des scientifiques de très haut niveau y parviennent, comme Cédric Villani, un mathématicien titulaire de la médaille Fields, l’équivalent du Nobel pour les mathématiques.

 

Contact-phone

Pour vulgariser un sujet complexe
Contactez-nous au
01 79 97 00 99

 

Survey

Consultez les résultats de notre enquête satisfaction
Enquête effectuée du 1er janvier au 31 décembre 2016