webleads-tracker

Contactez-nous
Contactez-nous

Que faire pour réussir un brainstorming et les erreurs à éviter

 

A une époque où le travail s'individualise (moi et mon ordinateur), le fait de savoir se réunir, prendre la parole, et mettre ses compétences en commun devient une force inestimable pour chaque société.

 

Prenons l'exemple de la création de contenu. Si on vous demande d'écrire un article ou de produire une campagne vidéo sur un thème que vous maîtrisez, il vous suffit de mettre vos idées en ordre de marche. Mais qu'en est-il s'il vous est demandé de trouver un angle original, un dispositif innovant, une nouvelle façon d'aborder le problème ? Vous avez besoin d'une méthode qui conjugue la créativité de plusieurs personnes : le brainstorming.

 

Le brainstorming a été inventé en 1935 par Alex Osborn. En 1948, il écrit un premier livre «Your Creative Power. How to Use Imagination to brighten life, to get ahead» dévoilant les 4 règles de cette nouvelle technique de réunion :
1. Les critiques des idées des autres participants sont interdites.
2. La pensée débridée est la bienvenue.
3. La quantité est demandée.
4. La combinaison et l'amélioration des idées des autres sont recherchées.
... Et ses huit opérateurs : adapter, modifier, magnifier, minifier, substituer, re-arranger, intervertir et combiner qui deviendront en France la technique du concassage et aux États-Unis l'acronyme Scamper.

 

En 1953, dans son 2ème livre «Applied Imagination. Principles and Procedures of Creative Problem-Solving», Alex Osborn insiste sur le fait qu'un brainstorming n'est que l'une des nombreuses phases de la recherche d'idées. Il précise qu'il faut bien distinguer, au cours du processus d'idéation, les idées (de solution) des solutions elles-mêmes.

 

Que faire pour réussir un brainstorming et les erreurs à éviter

 

En 1959, dans édition de «L'Imagination constructive : Comment tirer partie de ses idées. Principes et processus de la pensée créative et du brainstorming», le mot brainstorming débarque en France.

 

Les 7 secrets d'un bon brainstorming

 

1- Affiner le sujet, le problème à résoudre…
Être clair dès le début à la fois sur le but de la recherche mais aussi sur le déroulé des opérations (combien de réunions sont prévues, avec qui, quelles sont les étapes…)

 

2- Ecrire des règles simples, réalistes et visibles
. Pas de critique…
. Un sujet à la fois…
. Rechercher la quantité…
. Etre visuel…
. Encourager les idées farfelues/décalées…

 

3- Éventuellement numéroter les idées
Cette astuce apparemment anti-créative peut être une source de motivation, un jeu du type défi (atteindre les 100 idées) et offrira également la possibilité de naviguer d'avant en arrière dans la liste…

 

4- Maîtriser en souplesse
La plupart des brainstorming connaissent un démarrage en douceur, un crescendo puis un plafonnement. L'animateur s'efface pendant les moments forts (il a su favoriser le flux rapide d'idées) et relance en phase de stagnation (il demande différents points de vue sur une approche d'idée).

 

5- Aider la mémoire
Toutes les idées sont notées sur un support mural (paperboard, Post-It), visible de tous pendant la réunion, pratique à rassembler et à consulter par la suite.

 

6- Échauffer les muscles du cerveau
Des exercices d'échauffement, des supports d'idées (livres, jouets, pâtes à modeler etc ...), des sorties préparatoires, des benchmarkings peuvent être conseillés.

 

7- Etre « physique », être concret
Partager des exemples, des roughs, des choses belles ou intéressantes provenant d'autres secteur d'activité : éventuellement des cubes, des tubes, de la mousse, des gadgets, des objets de décoration, toute chose modulable, palpable est un support d'idée : des choses simples, concrètes mais originales peuvent aider les associations d'idées, les combinaisons ...

 

Tout ce qu'il faut faire pour tuer à coup sûr un brainstorming

 

Erreur 1- Laisser le patron parler en premier
Rien n'est plus efficace qu'un Directeur (ou un client) dominateur pour anéantir votre réunion. Certains se précipiteront pour approuver ses idées, les autres essaieront de se faire remarquer et d'imposer leur proposition, au détriment du brainstorm qui consiste à rechercher l'inattendu, l'improbable.

 

Erreur 2- Faire parler chacun à son tour
Si chacun s'exprime à tour de rôle, cela peut paraître démocratique, mais en réalité cela devient une performance où il ne faut pas se louper et c'est stressant. Dans un brainstorming, le centre d'intérêt n'est jamais une personne mais l'endroit où l'on note les idées (il ne doit pas y avoir de rapport hiérarchique entre les protagonistes).

 

Erreur 3- Interroger uniquement des experts
Lorsqu'il s'agit de chercher des idées vraiment innovantes, une expertise pointue est un inconvénient. L'expert s'appuiera sur une culture et un savoir-faire reconnus alors qu'il s'agit de trouver un nouveau souffle. Seul le croisement d'idées hétérogènes permet d'envisager une réelle nouveauté. Dans votre réunion il peut y avoir des gens non concernés par le projet, des individus a priori « non créatifs ». Lorsqu'il y a des créatifs, ils doivent oublier leur fonction (voire même leur ego) pour être un individu lambda avec un passé, une culture, une sensibilité, mais surtout pas un individu avec des responsabilités ni même un « besoin d'exister »…

 

Erreur 4- Se réunir à l'extérieur de l'entreprise
Certaines compagnies emmènent les cadres en séminaire dans des lieux originaux pour encourager la réflexion. C'est une façon de suggérer que l'entreprise n'est pas l'endroit idéal pour l'émergence de nouvelles idées.

 

Erreur 5- Ne jamais « déconner »
Les idées farfelues, drôles et les propositions utopiques, incroyables sont souvent voisines d'une idée intéressante. Si personne ne peut plaisanter librement, votre brainstorming est foutu. L'humour est une forme d'intelligence et c'est le terrain sur lequel peut apparaître l'inattendu.

 

Erreur 6- Essayer de tout noter
Il peut être conseiller de faire des croquis, de noter quelques mots, mais prendre en note les idées de chacun est un rôle attribué à une personne en particulier (l'animateur en général) et cette personne ne participe pas à la proposition d'idées car il est impossible de faire les deux efficacement.

 

 

La chose la plus importante à propos du brainstorming est toujours ce qui se passe après. Le travail de synthèse du brainstorming peut être attribué à une personne en particulier. Cette synthèse peut être le point de départ d'un second brainstorming si nécessaire. Ensuite, il faut reconnaître ce qui est intéressant, assembler les idées, les inverser, les contredire : c'est le travail créatif qui peut commencer ...

 

par Adrien Mertz