webleads-tracker

Contactez-nous
Contactez-nous

 

« Réussir son discours », «10 conseils pour une prise de parole réussie », « 5 astuces pour capter son public »... autant de titres accrocheurs d’articles que l’on peut trouver sur la toile !
Il est difficile de décrypter les conseils à privilégier dans cette infobésité, et si nous vous aidions à y voir plus clair ?

 

Je me suis lancée dans une recherche en mode anonyme sur Google afin d’analyser les billets de blogs qui traitent du sujet : « réussir son discours ».
Petit point méthodologique : les mots clés « réussir son discours », « réussir son pitch » et « réussir sa prise de parole » ont été utilisés en écartant ceux qui sont trop éloignés du domaine professionnel (ex : «réussir son discours de témoin de mariage » bien qu’ils soient intéressants !). Puis, j’ai analysé les 20 premiers blogs qui correspondaient au sujet cherché.

 

Quelles sont les 12 règles pour réussir son discours selon le web ?
Pourquoi 12, me direz-vous ? Et bien tout simplement car ce sont les 12 conseils, règles d’or, astuces - appelez-les comme vous le voudrez - qui ont été cités plus d’une fois au sein de ces articles de blogs.

 

Et voici les résultats, du plus souvent au moins souvent cité :

 

1. Consacrez du temps au plan et à la préparation

Un discours bien construit est la clé de la réussite. Il faut tout d’abord penser au message que vous souhaitez transmettre et à structurer vos idées de manière à ce que chaque argument s’articule d’une manière logique. Ainsi, comme l’explique le blog ConseilsMarketing.com, «avant de commencer, il faut mener une réflexion :
– Qu’est-ce que je veux dire, mon message principal.
– Quel est l’objectif : convaincre, informer, sensibiliser, faire agir…
– Quel est l’auditoire et ses attentes : son niveau de connaissances, ses freins actuels…
Il est également nécessaire de formuler une seule idée par phrase selon le schéma suivant : une idée, un argument, un exemple
 ».
Nous avons souvent tendance à nous préparer au dernier moment, Georges Nikakis, Directeur de l’IPAG Executive Education : « Si vous ne deviez retenir qu'une chose : La préparation c'est 90% du succès ! ».

2. Votre discours doit être convaincant et percutant grâce à une histoire

Quoi de pire qu’un public qui s’ennuie pendant votre discours ? Celui-ci doit être captivant et doit intéresser votre audience. Samuel Chalom, Blog Business les Echos, nous livre quelques bonnes pratiques : « Une minute, en soi, c’est très court, mais ça peut être long si vous n’accrochez pas l’auditoire. Alors faites tout pour soutenir l’attention du public. Cela peut passer par des silences bien placés, mais aussi des mots accentués suivant leur importance. N’hésitez pas à jouer sur les nuances de votre voix : le grave pour la fermeté, l’aigu (sans abuser) pour la légèreté ».
Pour rendre votre discours convaincant et percutant, il faut ainsi raconter une histoire ou faire du storytelling, telle est la clé pour faire passer un message à votre audience ! Voici ce qu’en pense Nicolas Fougerousse : « Inutile de commencer par « Il était une fois… », rassurons-nous. Par contre, il est avéré que les histoires qu’on nous raconte (le soir avant de dormir quand on était petit, ou l’histoire qu’on suit dans un film ou dans un livre, etc.) sont souvent le meilleur moyen de retenir un message. Pourquoi ? Parce qu’avant l’écriture, il n’y avait que l’oral. Les histoires se transmettaient oralement, c’est un fait. Et cela dure depuis des centaines de milliers d’années…Oui, mais comment on raconte une histoire ? Eh bien on a déjà fait la moitié du chemin en fait ! Parce qu’en sachant quel va être le message qu’on veut délivrer, à qui, en connaissant déjà sa phrase d’accroche, et la problématique qu’on veut résoudre, on a déjà écrit la moitié de l’histoire… ».

3. Interagissez avec votre public

Le public est venu pour vous écouter, alors interagissez avec lui et regardez-le : votre message sera transmis de manière plus efficace. C’est encore plus vrai aujourd’hui avec l’interaction grandissante via les réseaux sociaux.
Voici ce qu’en pense le blog Beekast :
« Lors de votre prise de parole n’oubliez pas une chose, il y a bel et bien deux acteurs : Vous et le Public. Il doit faire partie autant que vous de l’événement. Pour ça vous devez le faire participer, l’impliquer dans votre discours. Comment ? De manière très simple avec des questions rhétoriques, des remerciements, laissez-leur la chance de s’exprimer, tout simplement. Les participants ne doivent donc pas être de simples spectateurs. Rappelez-vous, ce sont eux qui décideront de la réussite de votre intervention, alors ne les négligez pas ».

4. Concentrez-vous sur la forme

Et oui, en quatrième position, nous retrouvons la forme de votre présentation. Les visuels utilisés et votre support de présentation permettent de retenir l’attention de votre public. Soignez ainsi votre présentation Powerpoint, Prezi ou encore Keynotes avant votre prise de parole.
Philippine Clogenson, Challenges, nous éclaire sur l’utilisation de Powerpoint : « Ce qu’il faut ce sont des diapos très visuelles qui illustrent votre propos mais ne le remplacent pas. Dans ce cas-là, le powerpoint devient un support redoutable car on se souvient plus de ce qu’on voit que de ce qu’on entend. Le powerpoint doit être un support pour la présentation mais pas la présentation elle-même. Sinon, cela donne un "slidument" (mot-valise de slide et de document) et qui est à la fois un mauvais slide et un mauvais document ».
Ajoutez des images à votre présentation : « Pour pouvoir communiquer au mieux ses pensées, il faut les illustrer. Une image vaut 10000 mots. », Georges Nikakis directeur de l'IPAG Executive Education.

5. Votre attitude et langage

Votre débit de parole doit être fluide et posé, ni trop rapide, ni trop lent. D’après le blog My Business Plan : « Si votre débit est de 150 mots par minute, alors vous ne devez pas avoir un pitch de plus de 1 500 mots. Attention à ne pas avoir un début trop rapide sinon votre interlocuteur ne comprendra rien. Vous n'avez pas de train à prendre, prenez votre temps (ayez en tête 150 mots par minute environ) ».
N’oubliez pas que le langage corporel compte également beaucoup lors de votre discours : « Pendant votre intervention, vous devez garder les pieds ancrés au sol, accompagner votre parole de gestes et toujours rester face à son public en gardant le lien par le regard. L’expression du visage doit être en cohérence avec le fond du discours. » Olivia Penichou, Business O Féminin.

6. Soignez votre entrée et sortie

L’entrée et la sortie sur scène doivent être soignés, voici l’avis de Philippe Janiaux, dans Le Journal du Net : « Dès le départ, il faut capter l'attention de l'auditoire, être percutant, surprenant en donnant un chiffre fort, un message clé, une citation ».
Le fait de commencer votre discours par une question peut vous permettre de briser la glace avec le public et de vous mettre à l’aise. Christophe Lieberherr, Speedevelopment : « C’est une des techniques les plus simples et les plus efficaces pour commencer un discours. Il vous suffit de transformer le propos de votre discours en une question ou plusieurs questions (évitez de dépasser les 5 questions) ».
« De la même manière, il faut conclure votre intervention avec un message fort. Pour cela vous pourrez utiliser l'humour, une information importante ou une question clé par exemple. "N'hésitez pas à provoquer les applaudissements en missionnant votre hôte s'il le faut. A la fin de la communication, il est bon de laisser une empreinte en donnant votre adresse e-mail, celle de votre blog… etc.", conseille Philippe Janiaux. Vous pouvez également donner un rendez-vous (une conférence, un salon…) ou un document récapitulatif de ce que vous avez abordé lors de votre intervention », Le Journal du Net.

7. Gérez votre stress

Le stress est la bête noire de toute intervention en public ! Ce n’est pas une fatalité mais un mal nécessaire qu’il faut savoir contrôler.
« Plutôt que de cacher à votre auditoire votre stress, montrez le en le mettant en scène de façon humoristique. Cela plaît au public d’être dans la confidence et vous permet d’évacuer au plus vite le stress et de parler de choses sérieuses. » Sophie Lhameen, Cadre Dirigeant Magazine.

8. Allez à l’essentiel

Les discours de 30 min n’existent plus ! L’attention du public étant très limitée, allez à l’essentiel et soyez concis.
« La durée d’un pitch est totalement aléatoire. Mais ce que vous ne pouvez pas bien dire en cinq minutes, vous ne pourrez pas bien le dire en vingt. "Good things, when short, are twice as good", selon le dramaturge Tom Stoppard.
- Pour un pitch destiné à un investisseur, il faut aller droit au but. En cinq minutes, cela doit être bouclé.
- Pour un pitch à l’adresse d’un client, la règle à respecter est simple. Prenez la durée totale de la réunion que vous avez avec lui et divisez-la par quatre. Cela vous donne la durée maximale de votre pitch. Vous aurez ainsi le temps de discuter avant le pitch, faire votre pitch, et rediscuter après le pitch et d’arriver à la prochaine étape.
 » Philippine Clogenson, Challenges.
Dans l’article de Samuel Chalom du Blog Business Les Echos, Olivier Ezratty donne sa vision du pitch convaincant : « Chaque mot doit être choisi avec soin puisque le temps ne laisse pas place à l’improvisation. «Une minute, c’est très court, presque trop selon moi» explique Olivier Ezratty. Alors si pendant ces 60 courtes secondes, on ne retrouve pas les « 5 W » (Who, Where, When, What, Why), c’est que le pitch n’est pas complet, et qu’il faut s’attendre à un désintérêt de l’auditoire. «Il faut être capable d’expliquer le problème, qui il concerne, la valeur, la solution que l’on propose, ou on en est», résume Olivier Ezratty.

9. Humanisez votre intervention

Afin de capter l’attention de votre public, rendez-le vivant, humanisez-le en utilisant l’humour et l’émotion par exemple.  Etienne Portais, blog Maddyness explique qu’il faut rester naturel avant tout : « Vous êtes Humain, c’est un fait. Comme tout humain vous avez des émotions, des sentiments, des doutes, des gênes. Ne les refoulez pas et laissez une part de spontanéité dans votre discours car c’est bien ça qui vous fera apprécier de votre public et lui permettra de se reconnaître en vous ! Un moment d’hésitation, une pause imprévue, un sourire gêné, sont autant de moments qui montrent à votre public que vous n’êtes pas une machine mais un homme comme eux ».

10. Utilisez des mots simples

Faîtes comme si vous parliez à un enfant pour que votre public vous comprenne ! N’utilisez pas de jargon ni de mots trop compliqués. Jérémy Fain, blog Agent Majeur, nous donne son retour d’expérience : « C’est une question d’équilibre : ne pas jargonner et ne pas non plus être trop simplificateur car dans la salle se trouvait un public averti. Simplifier sans être simpliste ».

11. Restez vous-mêmes

Soyez vous-mêmes pour rester proche de votre public, Olivia Penichou du blog Business O Féminin : « Faîtes-vous confiance, osez et faîtes-vous plaisir. Ne prenez pas cette intervention comme une épreuve mais comme une opportunité. Vous ressentirez une grande satisfaction après car une intervention en public procure une énergie et une richesse incroyables. »
Le blog Beekast le dit également : « C’est peut-être la chose la plus importante. Les personnes présentes sont venues vous écouter vous, quelqu’un d’authentique, elles ne sont pas venues pour que vous leur jouiez un rôle. Alors offrez leur votre vraie personnalité. Pour ça, c’est simple, utilisez votre vocabulaire habituel, arborez une tenue dans laquelle vous vous sentez bien et parlez sans retenue (ou presque) ».

12. Illustrez votre discours avec des exemples

Afin d’apporter de la crédibilité à votre discours, utilisez des chiffres, des preuves et des anecdotes. Voici ce qu’en pense Nicolas Fougerousse : « Nous voulons transmettre 1 message, résoudre 1 problématique. Alors servons-nous d’1 exemple, ou d’1 anecdote, ou d’1 chiffre. Cela permettra d’étayer notre message, et c’est souvent un exemple, ou une anecdote, ou un chiffre, qui seront retenus par notre interlocuteur. ». Jérémy Fain, dans le blog Agent Majeur, explique l’importance de ces éléments : « Donner des chiffres, des preuves, des éléments concrets est un gage de crédibilité. Dans la masse des projets, certains étaient naissants. En citant quelques clients, un grand partenaire, des éléments tangibles, on plaçait notre projet comme celui d’une entreprise déjà installée. Cela aide à sortir du lot»

 

J’espère que cet article vous sera utile lors de votre prochaine prise de parole en public et si vous souhaitez avoir notre propre vision du discours réussi, n’hésitez pas à télécharger notre infographie sur les 10 règles d’or pour une prise de parole réussie et les 5 bonnes pratiques pour un pitch convaincant et efficace
A vous le micro !

 

par Claire Gérard